Défaillances et insuffisances du systeme éducatif national

 

 


     le ministre de l'Education nationale, Rachid Belmokhtar, a regretté "la situation déplorable" du système éducatif au Maroc où 76% des élèves ne maitrisent "ni la lecture, ni l'écriture".décrivant un tableau sombre du système éducatif national, estimant que l'école marocaine n'enseigne que des "futilités". Le ministre reconnaît que "cette situation ne peut plus perdurer". il a souligné que l'école marocaine était confrontée actuellement à trois problèmes majeurs: "le niveau de formation et de compétences du professeur, l'éthique et la gouvernance".: 10 millions de Marocains ne savent ni lire ni écrire.

Enfants des rues123

 

 

 

Le Maroc traîne un boulet qui inhibe sérieusement ses chances de décollage économique et social. Le dernier recensement de la population, celui de 2004, qui donne ce chiffre, ajoute qu’un peu plus d’un million d’enfants âgés de 9 à 14 ans sont non scolarisés. A cette masse d’analphabètes formée par les jeunes en âge de scolarité, il faut ajouter les 400 000 enfants qui quittent annuellement les bancs de l’école (ils étaient 368 000 élèves en2004-05). En 2005-06, 216 176 élèves ont quitté l’école. Cette déperdition scolaire, estimée à 6% des effectifs inscrits en 2006, annihile tous les efforts entrepris par le Maroc en matière de généralisation de la scolarité au niveau de l’école primaire .

 

 

 

   Le nouveau projet éducatif, "vision 2030", censé suggéré, à cette occasion, une série de mesures à entreprendre d'urgence. Il s'agit notamment de veiller à ce que  "l'élève sache lire, écrire et compter au bout de trois ans du cycle primaire, d'instaurer une meilleure méthode de notation et d'admission d'un cycle à un autre, de fusionner la formation professionnelle à l'enseignement classique et de valoriser l'enseignement des langues, dispenser l’éducation de base, sans laquelle tout enfant sera un analphabète. Selon le dernier rapport de l’UNICEF, seuls 70 % des enfants en milieu rural accèdent au collège et à peine 30,6 % au lycée (21,9 % chez les filles). Des chiffres inquiétants qui expliquent en partie le mauvais classement du Maroc en matière de développement humain (129ème rang en 2013 d’après le PNUD, loin derrière la Tunisie et l’Algérie).

Belmokhtar map
Ecole maroc classe1

 

 

 

    D'apres l’Instance nationale d’évaluation (INE) au sein du Conseil supérieur de l’éducation, sur la période 2000-2013, plus de cinq millions d’élèves ont décroché, dont trois millions avant l’âge de 15 ans, sans aucun diplôme, pour sombrer dans l’analphabétisme. C’est très inquiétant pour l'avenir.

    Et pourtant depuis le début des années 2000, les efforts consentis par les pouvoirs publics sont pourtant bien réels. Le Maroc consacre d’ailleurs 5,4 % de son PIB à l’éducation, contre seulement 3,7 % en moyenne pour les pays à indice de développement humain moyen (rapport PNUD 2014).

 

 


« L’Etat, en raison de la pyramide des ages, ne peut pas tout. Nos associations doivent accompagner les efforts de l'etat pour permettre à ces enfants d’aller à l’école et d’être scolarisés dans de bonnes conditions. Nous sommes déterminés à faire avancer les choses, car nous sommes conscients et responsables à la mesure de nos possibilités, de ce que nous avons eu la chance de posséder en énergie, en compétences intellectuelle et en possibilité financière. Si l'avenir est sombre il le sera pour tout le monde.
 
   Notre collectif reflechit au programme  des actions ,à mener en collaboration avec les differentes associations d'Inezgane et à soummetre à nos futurs adherants.

 
 
Barre bleue 1
Barre bleue 1

Ajouter un commentaire